Articles

Quelle est lodeur des personnes âgées?

Meilleure réponse

Je ne peux pas parler au nom de toutes les personnes âgées, mais beaucoup de personnes âgées ont des problèmes de mobilité et ne peuvent pas bouger aussi bien que les jeunes . Ils ont du mal à se plier dans certaines positions et ne peuvent donc pas se nettoyer. Souvent, les personnes âgées plus âgées qui ont un mauvais équilibre ne peuvent pas entrer et sortir de la baignoire par elles-mêmes ou pourraient avoir peur de tomber ou de glisser. Les chutes sont des choses horribles qui peuvent arriver à ces personnes.Il nest pas difficile de se glisser dans une baignoire pour sortir pour les personnes qui peuvent à peine lever la jambe assez haut pour la faire passer au-dessus du bord de la baignoire sans compter le fait de soulever le poids du corps. une position debout lorsquil est bas dans la baignoire. Donc, parce que sils ont peur, ils se lavent simplement à lévier qui ne fait pas un bon travail sils ont également des problèmes de mobilité et ne peuvent pas atteindre tous les endroits pour nettoyer. Maintenant, cest pour toutes les odeurs corporelles régulières. Si vous ajoutez lincontinence à la situation, elle sintensifie rapidement. Ils nont pas léquipement approprié comme les couches pour adultes ou le mauvais type et ne les changent pas assez souvent car ils le considèrent comme trop cher ou ils vont sasseoir dans des vêtements mouillés et être sur une chaise et toute lurine passera à travers et sinfiltre dans le tissu de la chaise ou du canapé. Souvent, quelquun sera dans le déni du fait quil est incontinent, alors ne nettoyez pas correctement après les accidents non plus, nous avons donc tout un tas de choses qui se produisent qui les feront ne pas sentir trop de freash et nettoyer la marguerite en mettant souvent les vêtements imbibés durine à nouveau parce quils sont maintenant secs, donc ça va. Maintenant, les meubles sentent et pire sil sagit dun matelas. Cela se produira et se reproduira et lendroit entier pue et même dans des vêtements propres avec un canapé sale et les vêtements puent à nouveau. . Il est horrible pour les personnes âgées dadmettre ou de se rendre compte quelles sont incontinentes, alors elles ne veulent pas en parler à quelquun ou se procurer un équipement approprié comme des couches et utiliseront simplement un chiffon ou un chiffon enroulé. Cest encore pire. Voilà pour les «années dor», nest-ce pas?

Réponse

Réponse courte : Culture et biologie de lodeur humaine sont probablement inextricables. La biologie de lodeur humaine comporte deux composants essentiels, lémetteur et le récepteur. La contribution de lémetteur, lodeur corporelle, est une combinaison de génétique, de glandes, de microbiote et de régime alimentaire. Lodeur perçue dépend de la phalange des récepteurs odorants (OR) dun individu. Sans surprise, lodeur et sa perception varient considérablement dun individu à lautre sur des aspects essentiels, à savoir la force et la qualité de lodeur, ainsi que le seuil, lintensité et la qualité de détection des odeurs.

Réponse plus longue : Lhistoire de lodorat peut être explorée non seulement à travers une optique biologique mais aussi culturelle. Pendant la majeure partie de lhistoire humaine, les odeurs envahissantes ont fait partie de la vie quotidienne. Aujourdhui, de nombreuses odeurs se sont rapidement et complètement évaporées de la vie quotidienne, du moins pour les multitudes urbaines et suburbaines des pays industrialisés. Bien que cela se soit produit assez rapidement, il est étonnant de voir comment un changement aussi dramatique nous est passé inaperçu. Peut-être parce que les odeurs ne peuvent pas être mémorisées et transmises entre les générations, contrairement à la mémoire visuelle qui nous parvient du passé à travers des peintures rupestres, des portraits, dageurrotypes, photos, vidéos et maintenant instagram. Léconomiste Robert J. Gordon écrit:

«Comme on la déjà vu, la vie urbaine en 1870 était dominée par le cheval omniprésent, et ce, aussi, avait un aspect sanitaire. Le cheval moyen produisait quotidiennement de vingt à cinquante livres de fumier et un gallon durine, appliqués sans contrainte aux écuries et aux rues. La quantité quotidienne de fumier se situait entre cinq et dix tonnes par mile carré »(1).

Quelle était lodeur de lurine et du caca de cheval dans ce monde pas trop éloigné? Probablement extrêmement, en fait probablement éblouissant.

«  » Dans la ville géographiquement compacte de Boston en 1870, 250 000 citoyens partageaient les rues avec 50 000 chevaux. La densité de chevaux à Boston était denviron 700 par mile carré « (1).

La ventilation moderne, la plomberie intérieure, lélectricité ont éliminé les odeurs qui étaient autrement des piliers de lhistoire humaine. Facile à prendre ces produits de base du XXe siècle pour acquis. Pourtant, ils nont été la norme que depuis moins dun siècle. Par conséquent, nos propres odeurs corporelles peuvent maintenant dominer dans une mesure impossible auparavant. Intéressant alors de se demander si leur stigmatisation rapide est une conséquence de leur nouvelle proéminence ou quelque chose de plus odieux, une exigence impossible issue dun besoin pathologique de subjuguer le biologique au mécano-chimique. Gagner la primauté sur nos environs est une chose. Est-ce que ce processus étend maintenant son mandat et sinsinue dans le domaine de la biologie individuelle, habilement et amplement aidé par ceux dont les intérêts économiques sont investis pour nous faire accepter une telle fétichisation des odeurs? Je me demande souvent en voyant une autre annonce sur les éliminateurs dodeurs dintérieur.

Certaines personnes sentent-elles plus mal que dautres?Sonder la prémisse de la question révèle la base biologique de lodeur est une histoire à deux faces composée de lémetteur de lodeur « s et destinataire . Le résultat dépend des deux. Jai appris cela sans ambiguïté grâce à une expérience très malodorante pour moi, mais pas pour les autres. Un ancien laboratoire avait un collègue que je ne pouvais pas supporter dêtre là pas pour tout ce quils mont fait sauf pour leur odeur, pour moi une odeur distincte de sueur non lavée de longue date. À certains de mes autres collègues? Aucun problème du tout. Comment lémetteur et le récepteur se combinent-ils pour produire de telles variations dans la perception des odeurs?

Émetteur dodeurs . Lodeur corporelle est en grande partie une combinaison de génétique , activité glandulaire , microbiote et régime . Manifesté comme composés organiques volatils ( COV ), les sources sont le sang, la respiration, les fèces, les cheveux , peau, cuir chevelu, sueur, urine, sécrétions vaginales ( 2 ). Le sang est une source car de nombreux COV métaboliques sécrétés dans le sang pénètrent dans lenvironnement sous forme de souffle et / ou de sueur.

  • Génétique . Le gène ABCC11 code pour une pompe pilotée par lATP. Les individus homozygotes pour un polymorphisme nucléotidique unique (SNP) 538G> A dans le gène ABCC11 ont des odeurs de sueur axillaire (au bras) plus faibles ( 3 , 4 , 5 ). Prédominante chez les Asiatiques dExtrême-Orient, qui produisent également du cérumen sec et blanc contrairement au cérumen jaune et humide dominant dans le reste de la population humaine mondiale ( 6 ; voir figure ci-dessous de 7), ce SNP contribue à une perte de fonction de cette protéine de transport. Bien quABCC11 ne soit pas seul responsable des variations de COV chez lhomme ( 8 ), une étude portant sur environ 17 000 individus ( 9 ) a montré que les génotypes AA étaient 5 fois surreprésentés dans le groupe expérimental qui nutilisait presque jamais de déodorants. Lodeur corporelle humaine est également profondément influencée par les polymorphismes dun autre gène, la gamma-glutamyl-tranférase 1 (GGT1) ( 10 ). La cartographie des variations génétiques des COV en est encore à ses tout débuts.

  • Glandes . Les COV sont principalement sécrétés par 3 types de glandes: Eccrine , sébacées , Apocrine (11). Elles « sont réparties différemment dans tout le corps, cest pourquoi des odeurs distinctes sont associées à différentes parties du corps ( 12 ). Les glandes eccrines et sébacées sont largement réparties sur tout le corps . Concentrées sur les mains et les pieds, les glandes eccrines sont les plus abondantes et produisent une sueur inodore. Concentrées dans les bras et les organes génitaux, les glandes apocrines sécrètent des lipides, des protéines et des stéroïdes. Les glandes sébacées sécrètent le sébum et les lipides. les différentes sécrétions de ces glandes créent différentes niches favorisant la croissance de différents microbes associés à la peau ( 13 ).
  • Microbiote . Varie énormément entre les individus ( 14 , 15 ), le microbiote cutané influence fortement les odeurs corporelles ( 16 , 17, 18 ). En 1953, Shelley et Hurley ont spéculé ar Les microbes de la fosse m ont contribué à des odeurs distinctes de sueur humaine ( 19 ). Bien entendu, de nombreuses études ont maintenant relié des composants dodeur axillaire spécifiques à une faune microbienne spécifique (20, 21 , 22, 23). Les différences dodeurs corporelles entre les individus peuvent donc bien être le résultat de différents microbes habitant la peau ( 24 ). Par exemple, la présence de microbes spécifiques est liée à une sueur attirante pour les moustiques ( 18 ). De plus, les COV malodorants des bras de puits sont principalement dus aux corynebactéries lipophiles (25, 26 , 27).
  • Le régime alimentaire influence lodeur humaine. Par exemple, la viande rouge provoque une transpiration axillaire plus intense et désagréable ( 28 ). Une étude de terrain au Burkina Faso a révélé que la bière, et non leau, augmentait lattrait humain pour Anopheles gambiae , principal vecteur du paludisme en Afrique ( 29 ). Les odeurs corporelles des volontaires qui ont bu de la bière ont augmenté lactivation des moustiques et la proportion de moustiques qui volaient vers leurs odeurs. Encore une fois, les premiers jours pour comprendre comment lalimentation affecte la production de COV.

Maladies associées à la mauvaise odeur

Rapportées tout au long de lhistoire, des anciens contes indiens à William Shakespeare ( 30 ), les patients atteints du syndrome de malodorat du poisson ou de Triméthylaminurie ( TMA ) sécrètent plus que la normale taux de triméthylamine dans leur urine, leur haleine et leur sueur, entraînant une odeur corporelle et buccale manifestement désagréable ( 31 ). Incapacité à N-oxyder la triméthylamine, ce trouble génétique est présent dans ~ 1\% de la population avec une proportion plus élevée chez les femmes (32, 33). Les monooxygénases des flavines hépatiques, en particulier la FMO3, sont lenzyme qui oxyde le TMA. Les patients atteints de TMA ont une différence entre lapport alimentaire en TMA et la capacité du foie à le traiter. En conséquence, le TMA saccumule dans lurine, la sueur et le souffle. La prédisposition génétique va des formes primaires aux formes moins sévères où la manifestation est basée sur une combinaison de dysfonctionnement génétique, régime alimentaire et facteurs environnementaux. Le degré de dysfonctionnement génétique dépend du degré auquel les mutations inactivent le gène FMO3. La TMA transitoire est associée à la menstruation (34), à lalimentation (35) ou à une excroissance spécifique de microbes intestinaux ( 36 ).

Dautres maladies telles que les troubles métaboliques héréditaires, les cancers et les maladies infectieuses peuvent également provoquer des odeurs malodorantes (voir les tableaux ci-dessous à partir de 2 ).

Ces odeurs spécifiques à une maladie sont à la base de lutilisation de rats et de chiens géants pour détecter (diagnostiquer) la tuberculose et le cancer (37, 38, 39 , 40 ).

Sentir le destinataire . Lart et la littérature commémorent à juste titre nos souvenirs associés aux odeurs car ils sont parmi nos les plus forts ( 41 ). Tout comme dans Ratatouille (film) , le plat de Rémy transporte sans effort Anton Ego, le critique gastronomique, dans son enfance rurale et la version de sa mère. plat, ainsi que l’odeur d’une madeleine imbibée de thé, renvoyez Marcel Proust à un voyage dans le temps en À la recherche du temps perdu (42). Les odeurs sont tellement plus efficaces que les autres sens pour déclencher des souvenirs émotionnels que cela est même appelé le phénomène de Proust ( Mémoire involontaire ) ( 41 )

Nous pouvons sentir des odeurs parce que notre récepteurs olfactifs ( OU ) sur les neurones sensoriels olfactifs nasaux ( OSN ) les détectent chimiquement. Cela démarre une séquence neuronale sétendant jusquau cerveau. Comme pour le reste de la biologie, la perception des odeurs varie considérablement dun individu à lautre en termes de seuil de détection, dintensité et de qualité. Également héréditaire, cela va de la sensibilité aux odeurs hyper-aiguë aux hyposmias (sensibilité considérablement réduite à une odeur) à anosmie (cécité olfactive).

Lodorat et le goût sont inextricablement liés car «  nous sentons linhalation  » et «  le goût expire, par olfaction rétronasale  » ( 43 ). Une perte profonde en termes de joie accompagnée de colère et disolement accompagne la perte de lodorat. Contrairement à la cécité et à la surdité, cela est terriblement sous-estimé par la société.

Les SNP dans un seul gène OR peuvent changer radicalement la perception des odeurs et des saveurs ( 44 , 45 ).

  • De faibles concentrations dandrosténone, un dérivé de testostérone produit en abondance par les porcs mâles, sont estimées inodores par ~ 50\% des humains et décrites comme musquées, en sueur, sucrées, urineuses ou vanillées par ceux qui can ( 46 ). En clonant et en exprimant individuellement> 300 Ors, Keller et al ont identifié un seul, OR7D4, avec une forte réponse à la fois à landrosténone et à son dérivé structurellement apparenté, landrostadiénone ( 47 ). En séquençant OR7D4 auprès de 391 individus, ils ont identifié 4 haplotypes dont deux avaient une fonction presque complètement altérée.
  • 23andMe a enquêté sur ~ 10000 personnes pour «  anosmie des asperges « ( 48 ). La plupart des gens excrètent un métabolite sulfureux après avoir mangé des asperges, mais lodeur est très variable ( 49 ). Parmi 10 gènes OR associés à cette anosmie, ils ont trouvé que 2 SNP dans ou autour de ORM27 étaient les plus étroitement associés.
  • 23andMe a également mappé la perception de la coriandre comme «  savonneuse  » à un cluster OR (50). Malheureusement, ils nont pas achevé le cycle scientifique en validant fonctionnellement ces RUP pour lanosmie des asperges et de la coriandre, respectivement, de sorte que les RUP spécifiques liés à ces anosmies restent encore non identifiés.

Bibliographie

1. Extrait de: Robert J. Gordon.« The Rise and Fall of American Growth: The US Standard of Living since the Civil War (The Princeton Economic History of the Western World) ». Référence originale des données:« Greene, Ann Norton. (2008). Les chevaux au travail: exploiter le pouvoir en Amérique industrielle. Cambridge, MA: Harvard University Press ».

2 . Shirasu, Mika et Kazushige Touhara. « Lodeur de la maladie: les composés organiques volatils du corps humain liés à la maladie et au désordre. » Journal of biochemistry 150.3 (2011): 257-266. http://dogs4diabetics.com/wp-content/uploads/2013/11/The-Scent-of-Disease-J-Biochem-2011-Shirasu-257-66.pdf

3. Preti, George et James J. Leyden. « Influences génétiques sur lodeur corporelle humaine: des gènes aux axilles. « Journal dInve stigative Dermatology 130.2 (2010): 344-346. http://ac.els-cdn.com/S0022202X1534687X/1-s2.0-S0022202X1534687X-main.pdf?\_tid=3b75234e-f556-11e5-a4e4-00000aab0f27&acdnat=1459218821\_5f0d625c6e230147aea86145023da525

4. Martin, Annette et al. « Un allèle ABCC11 fonctionnel est essentiel dans la formation biochimique de lodeur axillaire humaine. » Journal of Investigative Dermatology 130.2 (2010): 529-540. http://ac.els-cdn.com/S0022202X15346832/1-s2.0-S0022202X15346832-main.pdf?\_tid=bed72962-f556-11e5-92bd-00000aacb361&acdnat=1459219042\_bf483e9edbc456c63e9f9d8387b4f3a6

5. Kippenberger, Stefan et al. «  » Nosing Around « la peau humaine: quelles informations sont cachées dans lodeur de la peau?. » Dermatologie expérimentale 21.9 (2012): 655-659. http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1111/j.1600-0625.2012.01545.x/epdf

6. Toyoda, Yu, et al. « Cire doreille, osmidrose et cancer du sein: pourquoi un SNP (538G> A) dans le gène ABCC11 du transporteur ABC humain détermine le type de cérumen? ». Le Journal FASEB 23.6 (2009): 2001-2013. pourquoi un SNP (538G> A) dans le gène ABCC11 du transporteur ABC humain détermine-t-il le type de cérumen?

7. Natsch, Andreas. « Ce qui nous fait sentir: la biochimie de lodeur corporelle et la conception de nouveaux ingrédients déodorants. » CHIMIA International Journal for Chemistry 69.7 (2016): 414-420.

8. Prokop-Prigge, Katharine A., et al. «Leffet de lethnicité sur la production dodeurs axillaires humains». Journal de lécologie chimique 42.1 (2016): 33-39. https://www.researchgate.net/profile/Charles\_Wysocki/publication/285620537\_The\_Effect\_of\_Ethnicity\_on\_Human\_Axillary\_Odorant\_Production/links/56643c6e08ae15e74632cdb8.pdf

9. Rodriguez, Santiago et al. « Dépendance de lutilisation du déodorant au génotype ABCC11: possibilité dune génétique personnalisée en hygiène personnelle. » Journal of Investigative Dermatology 133,7 (2013): 1760-1767. http://ac.els-cdn.com/S0022202X15363259/1-s2.0-S0022202X15363259-main.pdf?\_tid=e7d47a4e-f557-11e5-af40-00000aab0f6c&acdnat=1459219540\_6b158dbf1ae0ff0ff8c4a9df3bfe59be

10. Baumann, Tim et al. « Les sulfanylalcanols conjugués au glutathion sont des substrats de lABCC11 et de la γ-glutamyl transférase 1: une nouvelle voie potentielle pour la formation de précurseurs odorants dans la glande sudoripare apocrine. » Dermatologie expérimentale 23.4 (2014): 247-252. http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1111/exd.12354/epdf

11. Noël, Fanchon et al. « Peau en sueur, antécédents et évaluations. » International journal of dermatology 51.6 (2012): 647-655.

12. Smallegange, Renate C., Niels O. Verhulst et Willem Takken. « Peau moite: une invitation à mordre ?. » Trends in parasitology 27.4 (2011): 143-148. https://www.researchgate.net/profile/Niels\_Verhulst/publication/49775417\_Sweaty\_skin\_an\_invitation\_to\_bite/links/02bfe5100e9e364fd6000000.pdf

13. Dormont, Laurent, Jean-Marie Bessière et Anna Cohuet. « Volatiles de la peau humaine: un examen. » Journal décologie chimique 39.5 (2013): 569-578. https://www.researchgate.net/profile/Anna\_Cohuet/publication/236328352\_Human\_Skin\_Volatiles\_A\_Review/links/00b49519ca782eb63f000000.pdf

14. Fierer, Noah, et al. « Linfluence du sexe, de la sensibilité et du lavage sur la diversité des bactéries à la surface des mains. » Actes de lAcadémie nationale des sciences 105,46 (2008): 17994-17999. http://www.pnas.org/content/105/46/17994.full.pdf?sid=1e37a501-a449-4d07-847a-e36ccda45acc

15. Grice, Elizabeth A., et al. « Diversité topographique et temporelle du microbiome cutané humain. » science 324.5931 (2009): 1190-1192. http://www.uniroma2.it/didattica/Genomica\_BTI/deposito/Grice\_skinmicrobioma.pdf

16. Verhulst, Niels O., et al. « Attraction différentielle des moustiques du paludisme pour les mélanges volatils produits par les bactéries de la peau humaine. » PLoS One 5.12 (2010): e15829. Attraction différentielle des moustiques du paludisme aux mélanges volatils produits par des bactéries de la peau humaine

17. Verhulst, Niels O., et al. « Le microbiote cutané humain et ses substances volatiles comme appâts odorants pour le moustique du paludisme Anopheles gambiae ss. » Entomologia Experimentalis et Applicata 139.2 (2011): 170-179.

18. Verhulst, Niels O., et al. « La composition du microbiote cutané humain affecte lattractivité des moustiques du paludisme. » PloS one 6.12 (2011): e28991. La composition du microbiote cutané humain affecte lattrait des moustiques du paludisme ).

19. Shelley, Walter B. et Harry J. Hurley. « La physiologie de la glande sudoripare axillaire apocrine humaine. » Journal of Investigative Dermatology 20.4 (1953): 285-297. http://ac.els-cdn.com/S0022202X15484155/1-s2.0-S0022202X15484155-main.pdf?\_tid=619345e8-f54b-11e5-a4e3-00000aab0f27&acdnat=1459214161\_089efe151d68acc025ce9a2199248b77

20. Taylor, D., et al. « Caractérisation de la microflore de laisselle humaine. » Revue internationale de science cosmétique 25.3 (2003): 137-145.

21. James, A. G., et al. « Le métabolisme des acides gras par les bactéries cutanées et son rôle dans la mauvaise odeur axillaire. » Journal mondial de microbiologie et de biotechnologie 20.8 (2004): 787-793. Métabolisme des acides gras par les bactéries cutanées et son rôle dans la mauvaise odeur axillaire

22. James, A. G., D. Hyliands et H. Johnston. « Génération dacides gras volatils par les bactéries axillaires1. » Revue internationale de science cosmétique 26.3 (2004): 149-156.

23. Natsch, Andreas, et al. « Une grande diversité dacides carboxyliques volatils, libérés par une aminoacylase bactérienne à partir des sécrétions axillaires, comme molécules candidates pour la détermination du type dodeur corporelle humaine. » Chimie et biodiversité 3.1 (2006): 1-20.

24. Penn, Dustin J., et al. « Empreintes digitales individuelles et de sexe dans lodeur du corps humain. » Journal de linterface de la société royale 4.13 (2007): 331-340. http://evolution.anthro.univie.ac.at/institutes/urbanethology/resources/articles/articles/publications/RSIF20060182p.pdf

25. Natsch, A., et al. « Isolement dune enzyme bactérienne libérant une mauvaise odeur axillaire et son utilisation comme cible de criblage pour de nouvelles formulations de déodorants1. » Revue internationale de science cosmétique 27.2 (2005): 115-122.

26. Barzantny, Helena, Iris Brune et Andreas Tauch. « Bases moléculaires de la formation des odeurs corporelles: aperçus déduits des séquences du génome corynébactérien. » Revue internationale de science cosmétique 34.1 (2012): 2-11. https://www.researchgate.net/profile/Helena\_Barzantny2/publication/51522483\_Molecular\_basis\_of\_human\_body\_odour\_formation\_insights\_deduced\_from\_corynebacterial\_genome\_sequences\_Int\_J\_Cosmet\_Sci/links/54bf9ae20cf2f6bf4e050438.pdf

27. Barzantny, Helena et al. « Le réseau de régulation transcriptionnelle de Corynebacterium jeikeium K411 et son interaction avec les voies métaboliques contribuant à la formation dodeurs corporelles. » Journal of biotechnology 159.3 (2012): 235-248.

28. Havlicek, Jan et Pavlina Lenochova. « Leffet de la consommation de viande sur lattractivité des odeurs corporelles. » Chemical sens 31.8 (2006): 747-752. Leffet de la consommation de viande sur lattractivité des odeurs corporelles

29. Lefèvre, Thierry, et al. « La consommation de bière augmente lattrait humain pour les moustiques du paludisme. » PloS one 5.3 (2010): e9546. La consommation de bière augmente lattrait humain pour les moustiques du paludisme

30. Mitchell, S. C. et R. L. Smith. « Triméthylaminurie: le syndrome de mauvaise odeur du poisson. » Drug Metabolism and Disposition 29.4 (2001): 517-521. Le syndrome de la mauvaise odeur du poisson

31. Calenic, Bogdan et Anton Amann. « Détection de composés volatils malodorants dans le souffle: techniques analytiques actuelles et implications dans les maladies humaines. » Bioanalysis 6.3 (2014): 357-376. https://www.researchgate.net/profile/Bogdan\_Calenic/publication/259958649\_Detection\_of\_volatile\_malodorous\_compounds\_in\_breath\_Current\_analytical\_techniques\_and\_implications\_in\_human\_disease/links/54c4a1030cf219bbe4ef212b.pdf

32. Al-Waiz, Makram et al. « Un polymorphisme génétique de la N-oxydation de la triméthylamine chez lhomme. » Pharmacologie clinique et thérapeutique 42,5 (1987): 588-594.

33. Zhang, A. Q., S. C. Mitchell et R. L. Smith. « Distribution discontinue de N-oxydation de triméthylamine dorigine alimentaire dans une population britannique. » Xenobiotica 26.9 (1996): 957-961.

34. Mitchell, S. C. et R. L. Smith. « Un rôle physiologique pour la monooxygénase contenant de la flavine (FMO3) chez lhomme? » Xenobiotica 40,5 (2010): 301 à 305; Shimizu, Makiko, John R. Cashman et Hiroshi Yamazaki. « Triméthylaminurie transitoire liée à la menstruation. » BMC Medical Genetics 8.1 (2007): 2. BMC Medical Genetics

35. Etienne, P., et al. « Effets cliniques de la choline dans la maladie dAlzheimer. » The Lancet 311.8062 (1978): 508-509.

36. Wills, MICHAEL R. et JOHN Savory. « Biochimie de linsuffisance rénale. » Annales of Clinical & Laboratory Science 11.4 (1981): 292-299. http://www.annclinlabsci.org/content/11/4/292.full.pdf

37 . Williams, Hywel et Andres Pembroke. « Des chiens renifleurs dans la clinique du mélanome?. » The Lancet 333.8640 (1989): 734.

38. Church, John et Hywel Williams. « Un autre chien renifleur pour la clinique?. « The Lancet 358.9285 (2001): 930.

39. Emma Young, Mosaic, 16 février 2016. Les animaux qui reniflent TB, cancer et mines terrestres

40. Kizito Makoye, LiveMint, 29 mars 2016. Des rats géants reniflent la tuberculose en Tanzanie, au Mozambique prisons

41. Toffolo, Marieke BJ, Monique AM Smeets et Marcel A. Van Den Hout. « Proust revisité: les odeurs comme déclencheurs de souvenirs aversifs. » Cognition & émotion 26.1 (2012) : 83- 92. https://psy.psych.colostate.edu/Research/Fall/article1.pdf

42. Proust, M. (1913). A la Re´cherche du Temps perdu. Paris, France: Bernard Grasset.

43. Bee Wilson, The Guardian, 26 mars 2016. On ma dit que le bacon sent bon – la vie sans odorat

44. Menashe, Idan, et al. »Lélucidation génétique de lhyperosmie humaine en acide isovalérique. » PLoS Biol 5.11 (2007): e284. Elucidation génétique de lhyperosmie humaine en acide isovalérique

45. Lunde, Kathrine, et al. « Variation génétique dun récepteur odorant OR7D4 et perception sensorielle de la viande cuite contenant de landrosténone. » PLoS One 7.5 (2012): e35259. Variation génétique dun récepteur odorant OR7D4 et perception sensorielle de la viande cuite contenant de landrosténone

46. Wysocki, Charles J., Kathleen M. Dorries et Gary K. Beauchamp. « La capacité de percevoir landrosténone peut être acquise par des personnes ostensiblement anosmiques. » Actes de lAcadémie nationale des sciences 86.20 (1989): 7976-7978. http://www.pnas.org/content/86/20/7976.full.pdf

47. Keller, Andreas et al. « La variation génétique dun récepteur odorant humain modifie la perception des odeurs. » Nature 449,7161 (2007): 468-472. http://vosshall.rockefeller.edu/reprints/KellerMatsunamiNature07.pdf

48. Eriksson, Nicholas et al. «Des études basées sur le Web et menées par des participants donnent de nouvelles associations génétiques pour des traits communs. PLoS Genet 6.6 (2010): e1000993. Des études basées sur le Web et pilotées par les participants produisent de nouvelles associations génétiques pour des traits communs

49. Lison, M., SH Blondheim et RN Melmed. « Un polymorphisme de la capacité de sentir les métabolites urinaires de lasperge. » Br Med J 281,6256 (1980): 1676-1678. http://bioserv.fiu.edu/~biolab/labs/Genetics/genetics\%202009/polymorphism\%20asparagus.pdf

50. Eriksson, Nicholas et al. « Une variante génétique proche des gènes des récepteurs olfactifs influence la préférence de la coriandre. » Flavour 1.1 (2012): 22.

Merci pour lA2A, Shefaly Yogendra.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *